Pourquoi j’ai acheté un nouveau boitier numérique hybride APSC Fujifilm XT20 ?

ParMichel Caumes

Pourquoi j’ai acheté un nouveau boitier numérique hybride APSC Fujifilm XT20 ?

Alors que j’ai déjà plusieurs boitiers Reflex Full Frame Nikon et APSC Fuji, je viens d’investir dans un minuscule hybride APSC Fuji, le tout petit XT20 !

Pourquoi ? Pour tester un hybride à viseur et voir sur le terrain tous les avantages et inconvénients par rapport aux reflex, dans toutes les circonstances photographiques, par moi-même et non pas en écoutant tous les avis sur Internet (qui divergent d’ailleurs)

Si je suis satisfait, je basculerai peut-être du monde du Reflex auquel je suis habitué depuis 40 ans vers le monde de l’Hybride (le coté obscur de la force -:)

Vous me direz pourquoi ne pas avoir choisi le tout dernier modèle, le XT30 ?

Tout simplement parce que je mets le pied dans ce monde hybride à viseur électronique par la petite porte et je préfère investir le moins possible, tout en ayant tout de même un appareil avec des caractéristiques qui permettent de faire la photo professionnelle (tout au moins dans cette certaine circonstances)

En première approche, les avantages que j’ai tout de suite pu expérimenté sont légèreté, le très faible encombrement (presque un compact si on lui colle un objectif panquake comme le 27 mm f2.8 fuji), la discrétion (les personnes photographiées ne sont pas intimidées), la performance du viseur due à la conception EVF ou viseur électronique (images telle que sur ordi et papier)

Pour moi, cette dernière caractéristique est capitale car comme professionnel, la rentabilité passe par le moins de déchet et tri possible. Tout simplement car c’est du temps

Un autre avantage, c’est l’universalité: avec 2 bagues d’adaptation je peux utiliser tous mes objectifs Nikon et Canon récents ou anciens depuis les années 50 !)

Dernier avantage pour les shooting qui demandent une discrétion totale, le silence absolu de l‘obturateur électronique (en plus du mécanique qui est déjà très discret) et la performance de cet obturateur allant jusqu’à 1/32000 ème pour des ouvertures de F1.2 et F1.4 en plein soleil sans filtre ND (nécessaires pour avoir un bokeh très proche des appareil 24×36)

À propos de l’auteur

Michel Caumes administrator

Photographe professionnel passionné par la photographie. La photo est ma profession et mon loisir à la fois :-)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.