Quel sont les finalistes du prestigieux concours World Press Photo 2018 ?

world-press-of-the-year-Mogens-von-Haven-1955

La photo gagnante de la 1ère édition du concours World Press-en 1955 – Photographe: Mogens-von-Haven (Danemark)


Je vous partage la sélection des photos des candidats finalistes du plus prestigieux concours photo mondial, le World Press Photo

Je vous ai fait une sélection dans différentes catégories, dont “the World Press Photo of the Year“, pour laquelle 6 photos ont été retenues sur les 51 totales sélectionnées de l’ensemble des catégories.

Qu’est ce que le World Press Photo ?

Ce concours en est à sa 61e édition. Il est reconnu internationalement comme la compétition de photojournalisme la plus prestigieuse du monde.

World Press Photo est une organisation indépendante non lucrative qui a été fondée en 1955.
Elle est basée à Amsterdam, aux Pays-Bas.

Son but et sa raison d’être est de soutenir le développement du photojournalisme et de le stimuler.
C’est également d’encourager la transmission des connaissances dans ce domaine ainsi que de promouvoir l’échange libre et non-restreint de l’information.

Le jury du concours est sponsorisé par Canon depuis 1992

Cette organisation travaille à l’échelle internationale et organise de nombreux évènements à travers le monde (conférences, ateliers et, une fois par an, le “Joop Swart Masterclass”.)

Ma sélection personnelle de photos du World Press Photo

Rohingya-Refugees-Flee-Into-Banglad-Kevin Frayer-Canada-General-News-Nominee-stories

Rohingya refugees flee into Banglad – Photographe: Kevin Frayer (Canada) Catégorie: general news

 

Boko-Haram-strapped-suicide-bombs-adam-ferguson-australia-people

Boko Haram strapped suicide bombs – Photographe: Adam Ferguson (Australie) Catégorie: people

 

the-battle-for-Mosul-Ivor-Prickett-ireland-world-press-of-the-year

The battle for Mosul – Photographe: Ivor Prickett (Irlande) Catégorie: World Press of the year

 

waiting-for-freedom-Neil-Aldridge-South-Africa-World-Press

Waiting for freedom – Photographe: Neil Aldridge (Afrique du Sud) Catégorie: Environnement

 

attack-of-the zombie-mouse-Thomas-P-Peschak-Germany-South Africa-Word-Press-photo

Attack of the zombie mouse – Photographe: Thomas P. Peschak (Allemagne / Afrique du Sud) Catégorie: Environnement

 

Rohingya-refugees-flee-into-Banglad-Kevin-Frayer-Canada-Word-Press-blog-faire-de-la-photo

Rohingya refugees flee into Banglad – photographe: Kevin-Frayer (Canada) Catégorie: stories

 

hunger-solutions-environment-Luca-Locatelli-Italy-World-Press-blog-faire-de-la-photo

Hunger solutions – Photographe: Luca Locatelli (Italie) Catégorie: environnement

 

Omo-change-Fausto-Podavini-Italy-stories-World-Press-blog-faire-de-la-photo

Omo change – Photographe: Fausto Podavini (Italie) Catégorie: stories (Long-Term Projects)

 

flying-fish-in-motion-Michael-Patrick-O-Neill-nature-World-Press-blog-faire-de-la-photo

Flying fish in motion – Photographe: Michael-Patrick O’Neill Catégorie: nature

 

Earth-Kiln-Li-Huaifeng-China-people-World-Press-blog-faire-de-la-photo

Earth Kiln – Photographe: Li-Huaifeng (Chine) Catégorie: people

Informations sur le concours World Press

Le World Press en chiffres c’est pour 2017 :

  • 80 408 images soumises
  • 5 034 photojournalistes participant
  • 126 pays représentés
  • 4 000 000 de visiteurs à l’exposition itinérante
  • 307 000 000 de pages Internet qui en parlent
  • Plus de 10 000 € de lot pour le gagnant du World Press of the Year
  • 32 personnes qui travaillent à temps plein dans l’équipe administrative
  • Des centaines de tirages photo, livres, calendriers vendus

Autres données du World Press Photo

Cette année Il y a eu 20 % d’éliminations pour retouches trop importantes, car le propre du photo journalisme est de refléter la réalité telle qu’elle est, même si, comme je le dis souvent, la photographie est toujours une interprétation de la réalité !

 En effet, cette année, les jurés ont décidé d’examiner les fichiers bruts de toutes les photos retenues à l’avant-dernière étape du jugement.

Des photographes de 125 pays ont participé à ce concours et 42 ont été sélectionnés dans 8 catégories.

Les lauréats de ce concours seront connus le 12 avril, mais cette année les organisateurs ont décidé de publier en avant-première les photos finalistes dans les différentes catégories.

Cette année, le World Press Photo comte une nouvelle catégorie: Environnement.
Plusieurs photographes ont publié dans cette catégorie pour illustrer les nombreuses menaces qui pèsent sur la nature.

Par exemple, le photographe pour la préservation Neil Aldridge a pris en photo un jeune rhinocéros blanc avant qu’il ne soit libéré dans le delta de l’Okavango, au Botswana, après avoir fait un long voyage depuis l’Afrique du Sud.

Malgré les sédatifs et l’étoffe rouge lui recouvrant les yeux, la protection renforcée contre les braconniers nous laisse entrevoir un avenir plus prometteur pour cet animal.

L’évaluation des candidatures est assez complexe. Elle prend trois semaines et se déroule en deux parties.
Les candidatures sont examinées et discutées par des jurys spécialisés.. Ensuite, les présidents de chacun de ces jurys sont rejoints par trois nouveaux membres pour former un jury général.

Ce jury général, dirigé par Magdalena Herrera, directrice de la photographie de Geo France, sélectionnera les lauréats.
Ils seront annoncés lors du Salon des récompenses qui aura lieu à Amsterdam, le 12 avril 2018.

Le prix principal, World Press Photo of the Year, sera une récompense en argent de 10 000 euros.

Le lauréat recevra également une sélection de matériels photographiques Canon, le partenaire de World Press Photo depuis 1992.

Les photographes récompensés feront à nouveau le tour du monde dans le cadre de l’exposition World Press Photo.
Toutes les photos seront imprimées par des imprimantes grand format Canon et des tables à plat Arizona. La première exposition aura lieu à De Nieuwe Kerk, à Amsterdam, le jour de la remise des prix.


Mes réflexions sur le World Press Photo

C’est sur que le photojournalisme produit des images qui ne sont pas toujours très gaies. c’est le moins qu’on puisse dire, mais ces photographes risquent très souvent leur vie pour montrer des images d’actualité.

Je sais pour avoir discuté avec certains d’entre eux qu’ils ne sont pas payés à la hauteur du risque pris.
Bien souvent aujourd’hui, il avancent eux-mêmes tous les frais d’un reportage y compris l’avion et l’hôtel à l’autre bout du monde.

C’est le prix à payer de la révolution numérique qui a transformé de nombreux secteurs dont celui de la photographie. Nous sommes désormais tellement bombardés d’images que celles-ci ont perdu de leur valeur (perçue en tout cas), et les photographes professionnels, surtout dans le secteur de l’information, ont beaucoup de difficultés malgré un travail souvent remarquable, difficile, et demandant une très grande expertise.

Mais avec le progrès technologiques et le niveau de perfectionnement du matériel photo actuel, tout Le monde pense qu’il peut être (ou est) photographe. Un simple clic et l’appareil fait le reste !

 
Ces photos sont censées refléter le monde tel qu’il est, enfin une certaine facette, rarement la meilleure, mais malgré la délicatesse des sujets, je trouve que dans cette sélection il y a une certaine retenue.
 
Ce n’ai pas dans mes idées de montrer des images choc et je trouve que l’écueil de montrer trop de violence gratuitement est évité (bien que je ne vous ai pas montré certaines, car je ne veux pas faire de publications choc même si je sais que ça fait du buzz !)
 
Cliquez ici pour voir toutes les photos retenues sur le site officiel du World Press Photo

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous a appris quelque chose sur le plus grand concours de photojournalisme du monde.

Photographiquement vôtre !!

Articles Similaires

Portrait Michel Caumes

Je m’appelle Michel Caumes et suis photographe professionnel depuis plus de 25 ans, à Mulhouse en Alsace.

A travers ce blog, je souhaite vraiment vous transmettre toute mon expérience, mes trucs et astuces de photographe qui vous feront gagner de précieuses années de tâtonnement et d’auto-formation, ce qui a été mon parcours, n’ayant pas eu l’opportunité de suivre des études photo dans une école.

Ça ne m’a pas empêché pas de réussir pour autant, mais il est certain qu’une formation guidée pas a pas fait gagner énormément de temps !

Je souhaite vous aider au maximum à accélérer votre formation, par des articles, des vidéos, des podcasts.

Mais c’est vous qui devez pratiquer pour trouver votre propre style et être fier de vos photos !!