Le logiciel de retouche photo gratuit Darktable est désormais disponible sur Windows

logo-darktableDarktable, le logiciel de retouche photo élaboré gratuit, est désormais disponible sur Windows. C’est une alternative sérieuse à Adobe Lightroom. Je vous donne dans cet article les points forts de ce logiciel, ses points faibles et les points communs avec Ligthroom

En tant qu’amateur photo, vous vous contentez peut-être de prendre des photos avec votre Smartphone, votre compact, votre hybride ou votre réflex et de les diffuser directement sur les réseaux sociaux.

Vous les importer peut-être sur votre ordinateur pour les regarder en diaporama sur votre écran.

Avec le niveau technologique des appareils photo actuels, c’est une solution simple et qui satisfait la plupart des usagers.

Mais si vous êtes amateur de belles images, si vous voulez transmettre votre vision, mettre votre “patte” et votre personnalité dans vos images, vous allez sans doute utiliser un logiciel de traitement d’image ou de retouche photo.

Il en existe de nombreux sur le marché. Le plus connu et le plus utilisé par les photographes autant amateurs que professionnels dans le monde est Adobe Lightroom.

Je l’utilise moi-même en tant que professionnel et à titre privé également.

Vous connaissez sans doute également Photoshop mais c’est un logiciel de retouche destructif, contrairement à ceux que nous allons voir dans cet article.

D’autres part Photoshop permet de retoucher des photos mais également des graphiques ou des dessins.
Il permet de mélanger tous ces médias voire de créer des images de toutes pièces par un système de calques.
Je ne vais pas m’attarder ici sur ce sujet, ce sera l’objet d’autres articles et vidéos.

Qu’est que Darktable ?

darktable-tablelumineuse

Darktable est un programme ou un logiciel de bureau (à installer sur votre ordinateur et non en ligne)
Il est spécialisé dans la retouche photo élaborée. 
C’est un logiciel dit « non destructif ». Je reviendrai sur cet aspect très important
C’est un logiciel dit « open source » c’est-à-dire développé et maintenu par une communauté de développeurs au niveau mondial avec des mises à jour régulières et constantes.
Le principe de l’open source, c’est que le code informatique du logiciel est ouvert. Il n’est pas secret ni la propriété d’une entreprise privée comme c’est le cas des logiciels d’Adobe entre autre.

De plus, il est entièrement gratuit et il est désormais et depuis peu disponible sur les PC avec Windows.
 Jusqu’à présent il était disponible seulement sur Linux, un système d’exploitation informatique Open Source moins répandu que Windows et macOS mais offrant des possibilités intéressantes, et notamment celle de la maîtrise de son ordinateur.

La première version du logiciel date d’avril 2009, tout juste trois ans après la sortie en bêta de la première version de Lightroom.

 darktable-chambrenoire

Darktable pour qui ?

Ce logiciel de retouche photo peut-vous être utile si vous êtes amateur photo débutant. Si vous l’utilisez dès vos débuts, vous partirez du bon pied en prenant tout de suite de bonne habitudes, et vous gagnerez du temps par la suite, pour le classement, le traitement, le catalogage et la recherche de vos photos.

Si vous êtes expert ou d’un niveau avancé, ce type de logiciel vous sera vite indispensable.

 En fait il est fait pour tout photographe qui souhaite maîtriser complètement l’aspect et le rendu de ses photos.

Tout comme Lightroom, il va vous être utile si vous produisez beaucoup de photos sur différents thèmes ainsi que des séries espacées dans le temps.

Par exemple, vous prenez en photo régulièrement vos enfants qui grandissent mais entre-temps vous faites des photos de vacances, des photos personnelles (de paysage par exemple si c’est un thème qui vous qui vous plaît).
 Avec le système classique de classement informatique, vous allez devoir vous-même trouver une logique de classement avec la création manuelle de dossiers et de sous-dossiers.
Ça peut-être par année, par mois et également par thème.

Mais alors, vous allez certainement avoir beaucoup de doublons, car de nombreuses photos vont se retrouver à la fois dans un dossier thématique et dans un dossier chronologique.

 C’est La qu’un logiciel comme Darktable ou Lightroom qui fonctionne avec une base de données va vous être précieux pour retrouver très rapidement vos images par différentes méthodes, dont les mots-clés.

Il va vous éviter aussi de vous perdre dans une multitude de dossiers et de sous-dossiers

darktable-carte

Quelles possibilités vous offre Darktable?

Tout comme Lightroom, ce logiciel offre de nombreuses possibilités. Il permet d’importer vos photos directement sur votre ordinateur à partir d’un dossier ou d’une carte mémoire insérée dans le lecteur de cartes de votre ordinateur ou un lecteur externe, en mode automatique et dans un seul dossier de stockage si vous le décidez. Vous pouvez nommer ce dossier “importation” ou “fichiers jpeg” et “fichier RAW” si vous travaillez avec les 2 formats.

Il vous permet de classer vos photos avant retouche pour donner un ordre de priorité et ne garder que les photos que vous souhaitez traiter sans effacer ni jeter les autres à la corbeille.

Il vous permet bien sûr de traiter et retoucher vos photos de manière élaborée (ombres, hautes lumières, corrections par couleurs)

Étant donné qu’il intègre une base de données photo, vous pouvez retrouver très facilement vos photos par différents critères de recherche.

Les photos originales restent toujours au même endroit physique dans votre ordinateur ou sur un disque externe, quels que soient les traitements et les classements que vous faites.

Vous allez pouvoir également exporter n’importe quelle version de photos pour les diffuser sur Internet ou pour les transmettre sur une clé USB, sans toucher à vos originaux.

Vous pouvez exporter vos photos à différents formats et résolutions, et ceci par lot jusqu’à de très nombreuses photos à la fois, ce qui est extrêmement pratique.

Le traitement ou retouche de vos photo

Le principe de traitement étant non destructif, toutes les photos que vous retouchez restent intactes (les fichiers sont toujours dans leur état et dossier d’origine.
Tous les changements sont enregistrées dans un catalogue, qu’il vaut mieux sauvegarder régulièrement, pour ne pas risquer de perdre tout votre travail !

Dans le système non destructif, utilisé dans Darktable, Lightroom ou encore dans Photos sur Mac, la sécurité de vos fichiers originaux est assurée, et vous pouvez revenir à tout moment à n’importe quelle étape de votre traitement d’images.

Ceci est d’autant plus important si vous retouchez des fichiers Jpeg, car à chaque changement et réenregistrement du fichier, la qualité baisse à cause des recompressions successives, jusqu’à arriver à des photos de très mauvaise qualité aux défauts très visibles, si vous poussez trop loin les enregistrements successifs.

darktable-tonalites-after

Le catalogage de vos images

Lorsque que vous branchez une carte mémoire sur votre ordinateur, vos photos sont importés au travers du logiciel dans un dossier que vous avez choisi préalablement.

Puis le programme crée des aperçus, qui sont des imagettes représentant la photo originale.
Ce sont des photos secondaires en plus petit format faisant partie de la base de données du logiciel.

Vous pouvez les ordonner et les appeler à l’écran sur une « table lumineuse virtuelle » en fonction de vos requêtes par mots-clés, par métadonnées, données EXIF (paramètres de la prise de vue) et autres données comme la géolocalisation.

Comparaison de Darktable avec Lightroom

Les points équivalents

Tout d’abord, il faut signaler que les 2 programmes ont une version française.
Pour Lightroom qui est un logiciel commercial, il est tout à fait normal qu’il soit traduit dans toutes les langues. Par contre, concernant Darktable, le fait que vous ayez à disposition en téléchargement une bonne version bien traduite en français est un plus appréciable et c’est une bonne surprise, car de nombreux logiciels gratuits et open source n’existent qu’en anglais.

Ce sont deux logiciels fonctionnant sur le principe d’une base de données photo.
Tous les deux possède ce qu’on appelle un moteur de « dérawtisation » ou « dématriçage » (décodage des fichiers bruts du capteur pour les rendre lisibles par l’ordinateur et visibles)

darktable-base-after

Tout comme Lightroom, Darktable gère les fichiers Raw (formats bruts enregistrés directement sur votre carte mémoire depuis le capteur sans interprétation par l’électronique embarquée de votre boitier), DNG (les RAW open source créés par Adobe), JPEG (fichier comprimés les plus courants) et TIFF (fichier ouverts sans compression)

Les 2 programmes permettent la notation des photos (système d’étoiles) pour vous aider dans votre classement, la gestion des mots-clé pour retrouver très rapidement une série de photos, ainsi que la géolocalisation des images

Vous pouvez également créer des copies virtuelles, pour faire autant de versions différentes que vous souhaitez (noir & blanc, sépia, couleurs saturées, vintage … pour prendre quelques exemples).

L’avantage des copies virtuelles, c’est qu’elles sont beaucoup plus légères que vos fichiers originaux (quelques octets contre plusieurs mégas) donc vous gagnerez de la place sur votre disque dur.

Au niveau de la retouche proprement dite, toutes ces fonctions sont communes à Lightroom et à Darktable:

  • Correction de la balance des blancs
  • Correction de la tonalité
  • Gestion des courbes
  • Gestion des tonalités en couleur et en noir et blanc
  • Correction des perspectives
  • Corrections des déformations des objectifs
  • Correction des yeux rouges
  • Outils de retouche (dont correction sélective des couleurs)

Tout comme pour Lightroom, vous trouverez de l’aide en ligne et des réponses à vos questions au travers d’une communauté d’utilisateurs active (même si Lightroom a beaucoup plus d’utilisateurs)

Tout comme dans Lightroom, vous pouvez faire du HDR (High Dynamic Range) c’est-à-dire des images de haute dynamique à partir de plusieurs photos à différentes expositions.

darktable-ameliorations-after

Les points forts de Darktable par rapport à Lightroom

C’est un logiciel totalement gratuit, ce qui n’est pas négligeable en utilisation amateur.
Vous pourrez investir dans des accessoires avec l’économie réalisée.
Malgré qu’il soit totalement gratuit, ce logiciel est tout de même mis à jour régulièrement par une communauté de développeurs active.

C’est un logiciel « open source », dont le code est ouvert et connu publiquement, contrairement à celui de Lightroom qui est secret et dont seule la société américaine Adobe est propriétaire.

Ça parait un détail mais il s’agit là d’une philosophie opposée: d’un côté celle de l’entraide communautaire, et de l’autre celle du marketing et du profit, même si cette dernière permet l’élaboration de bon produits puisque la satisfaction client est essentielle à la pérennité de l’entreprise.

Avec un code propriétaire, la dépendance au fournisseur et la pérennité de nos fichiers (et donc de nos photos) est ou peut-être un problème.

Darktable prend peu de place sur votre disque dur (environ 160 Mo). Lightroom en prend presque 15 fois plus, mais vu la taille des disques durs actuel, ce n’est pas un avantage pertinent.

Les points faibles de Darktable par rapport à Lightroom

Il ne gère pas les fichiers PSD (format Adobe Photoshop), contrairement à Lightroom qui travaille de concert avec Photoshop (mais il peut travailler en tandem avec GIMP, le logiciel libre équivalent à Photoshop. GIMP lit les fichier PSD de Photoshop)

Il n’a pas la fonction de reconnaissance faciale. Lightroom l’intègre dorénavant, mais est-ce vraiment indispensable ? Si vous faites beaucoup de photos de personnes, de portraits de famille ou autre, cette fonction vous aidera à gagner du temps dans vos recherches, sinon, pour du paysage ou de la photo de rue, ça ne vous servira pas.

Darktable permet bien de faire des retouches locales à l’aide de masques de fusion dessinés (courbes de Bézier, formes prédéfinies arrondies, écliptique et même dégradées, mais je n’y retrouve pas l’ergonomie de Lightroom (peinture simple et précise avec surimpression exacte en couleur de la zone)

Il ne permet pas non plus de créer des montages de photos panoramiques à partir de plusieurs clichés, fonction qui est maintenant intégrée directement dans Lightroom.

Darktable possède un module impression mais ne permet pas de gérer ses imprimantes directement. Par contre, il peut le faire par des modules additionnels, comme via l’application CUPS, et prochainement, vous pourrez sélectionner votre type de papier directement depuis le module.

Il ne permet pas de créer des diaporamas photo ou vidéo (on peut seulement les visualiser)

darktable-couleur-afterCes trois fonctions sont également absente de Darktable alors qu’elle sont intégrées à Lightroom :

  • La création de livres photos directement depuis le logiciel
  • La création de galeries Web depuis le logiciel
  • Le partage direct de vos photos sur les réseaux sociaux

Conclusion

Darktable est un très bon logiciel, même s’il est moins complet que Lightroom. Pour pouvoir vous en parler, je l’ai installé sur mon ordinateur et j’ai commencé à le tester.

Je continuerai à le tester pour rentrer plus en détail et vous aider à l’utiliser à travers d’autres articles et vidéo si ce programme vous tente.

Sur de nombreux points, il est à la hauteur de Lightroom.

Pour celles et ceux qui me suivent, vous savez que j’ai choisi d’utiliser Adobe Lightroom pour mes travaux professionnels et personnels, et ce depuis sa sortie en 2006.J’ai fait ce choix pour de nombreuses raisons, mais les 2 principales sont:

  • son ergonomie et intégration totale à mon flux de travail avec la suite Adobe Créative (maintenant Cloud)
  • La rapidité, la précision et l’efficacité dans la retouche locale de zones sans affecter le reste de l’image, grâce à un pinceau de retouche locale direct, l’outil dont je me sert constamment et quotidiennement sur Lightroom
    Sur ce dernier point, je suis conscient que les habitudes de travail acquises depuis de nombreuses années jouent énormément et créent un “conditionnement”
    Après quelques temps d’utilisation de Darktable, je reviendrai peut-être sur mon opinion, et serai peut-être très à l’aise avec ses outils et sa philosophie.

Ça n’enlève rien aux qualités et possibilités de Darktable, mais en utilisation professionnelle, les critères d’efficacité et de rapidité d’exécution sont primordiaux, car il y a obligation de résultat et de rentabilité ! Ce qui n’est pas le cas en utilisation comme passionné, où on peut prendre tout son temps si on en a envie !

Entre parenthèse, de nombreux amateur produisent des travaux photo plus artistiques et recherchés que bien des professionnels, pour cette raison, car le temps de production n’a pas tant d’importance, ou n’en a pas du tout !

darktable-effets-after

Voici la page de la communauté Darktable en français

Cliquez sur ce lien pour installer la version Windows de Darktable si vous utilisez un PC
Cliquez sur ce lien pour installer la version macOS de Darktable si vous utilisez un Mac

Vous trouverez sur cette page la liste actualisée de tous les appareils photo pris en charge par Darktable. Vous trouverez certainement le ou les vôtres (cette liste est utile si vous retouchez vos fichiers RAW, les fichiers bruts du capteur, pour être certain de la compatibilité du logiciel avec vos fichiers)

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous aide à comprendre le fonctionnement et l’utilité pour vous des logiciels de retouche non destructifs et particulièrement de Darktable

Si vous souhaitez être informés en priorité de la sortie des nouveaux articlescliquez ici. Vous recevrez en cadeau mon guide « Les 4 problèmes majeurs de la photographie au smartphone »

Photographiquement vôtre !!
Michel

7 réponses à Le logiciel de retouche photo gratuit Darktable est désormais disponible sur Windows

  • Bonjour, au travers de votre article je suppose que vous parlez de la version Windows de darktable qui n’est pas encore complète par rapport à la version Mac ou Linux …
    Quelques petites remarques :
    Linux n’est pas réservé au informaticien !
    Je ne sais pas si cela est à la hauteur du pinceau de lighroom mais vous pouvez travailler sur des zone précise de l’image à travers les masqué de fusion en faisant le choix du masque dessiné.
    En ce qui concerne les options d’impression ou de partage sur les réseaux sociaux ,il ne sont pas encore présent sous windows mais ces modules existe bel et bien sous Linux … Et gageons que l’équipe de développeur de la branche windows travail s’arrache pied pour les intégrer !

    • Merci Jean-Michel pour ces commentaires.
      Oui je parle de la version de Windows
      C’est vrai que Linux n’est pas réservé aux informaticiens mais je connais personnellement des informaticiens qui l’utilisent. Je ne veux pas généraliser
      Merci pour l’information des masques, je vais approfondir le sujet en testant Darktable plus en profondeur

  • Je connais aussi des informaticiens qui roule en voiture, c’est pas pour cela que les voitures sont utilisées que par des informaticiens 🙂 Autour de moi je connais pas mal de personne non informaticien qui utilisent Linux. Comme tu le dis, attention de ne pas généraliser, ce qui est un peu énervant c’est qu’on lit cela un peu partout. Dommage car ça fait peur au non informaticien, et ils loupent vraiment quelque chose!

    • Merci Pascal pour ton commentaire. Il m’a été utile et m’a permis d’aller chercher plus d’information sur Linux et d’approfondir ce logiciel je ne connais pas et n’utilise pas.
      J’ai corrigé le paragraphe concerné (Qu’est que Darktable ?) de façon à ce que les non informaticiens ne soient pas rebutés

  • Sinon darktable a des pinceaux pour la retouche locale et même bien plus puissant que ceux de Lr comme un courbe libre de bézier. Il a même la notion de masques paramétriques qui sont extrêmement puissant et rapide pour faire des sélections ou du luminosity-mask. Pour les PSD tu peux utiliser GIMP depuis darktable si tu veux (les deux sont bien intégré un peu comme Lr et Photoshop) et GIMP peut lire les PSD. Mais bon c’est de peu d’intérêt dans un flux darktable et GIMP.

    Voilà, je trouve dommage toutes ces petites imprécisions qui vont nuire à darktable pour ceux qui vont lire rapidement ton article sans aller voir plus loin.

    • Mea culpa ! Effectivement, il dispose de possibilités de retouche locales, même si à ce jour et mon stade de connaissance et d’utilisation de Darktable, je les trouve moins ergonomiques que dans LR. Mais je changerai peut-être d’avis en l’utilisant de manière plus poussée. J’ai fait une correction de ces points dans l’article
      Merci pour cet apport !

  • Merci! J’ai aussi fait un autre commentaire sur les retouches locales, et le workflow avec GIMP tu as vu?

    Sinon darktable peut faire des galerie Web et publier directement sur les réseaux (je fais cela avec Google+).

    Pour l’impression j’ai vu qu’une autre personne le mentionne, tu pourrais modifier ton post. En fait je suis l’auteur du module d’impression alors ça me chiffonne un peu tu peux le comprendre 🙂

Votre commentaire est le bienvenu !

Je m’appelle Michel Caumes et suis photographe professionnel depuis près de 25 ans, à Mulhouse en Alsace.

A travers ce blog, je souhaite vraiment vous transmettre toute mon expérience, mes trucs et astuces de photographe qui vous feront gagner de précieuses années de tâtonnement et d’auto-formation, ce qui a été mon parcours, n’ayant pas eu l’opportunité de suivre des études photo dans une école.

Ça ne m’a pas empêché pas de réussir pour autant, mais il est certain qu’une formation guidée pas a pas fait gagner énormément de temps !

Je souhaite vous aider au maximum à accélérer votre formation, par des articles, des vidéos, des podcasts.

Mais c’est vous qui devez pratiquer pour trouver votre propre style et être fier de vos photos !!